Comment consommer de manière durable dans un secteur aussi impactant que celui de l’IT ?

À l'heure où le devoir de vigilance s’inscrit dans la Loi, n’y aurait-il pas matière à responsabiliser nos achats high-tech ? L’EcoGuide IT propose, avec le livre blanc « Comment acheter son high-tech durable ? », de traiter ses questions via les étapes clés de la démarche de sélection. Une revue des critères sur lesquels se baser, mais pas seulement…  

Si l’high-tech a longtemps été perçu comme dénué d’externalités négatives, à la limite du « verdissement » avec la dématérialisation, le secteur dévoile depuis peu son lot de déconvenues. La fabrication d’un équipement IT s’avère nécessiter une quantité non négligeable de ressources renouvelables et non renouvelables, et comble de la révélation, les conditions d’extraction engendrent également des impacts sociaux. À titre d’exemple, la fabrication d’un ordinateur émet et consomme respectivement 470 kg eq.CO2 et 3500 litres d’eau !

Face à ce constat, des évolutions réglementaires telles que le devoir de vigilance, ont été initiées afin d’accompagner les consommateurs vers un achat plus responsable, des initiatives de constructeur ou d’organisme sont également apparues : label énergie, analyse RSE, détails matières, étude des impacts sociaux, etc. Une étape cruciale qui a pour seul défaut d’être diversifiée au point de complexifier la démarche. C’est donc dans un souci de rassembler ces différentes initiatives en une seule méthodologie d’analyse claire et simple d’utilisation, que l’EcoGuide IT a vu le jour. Le site web analyse et classe à ce jour plus de 4 000 équipements IT, sur des critères d’impacts RSE, cycle de vie et énergie.

Aujourd’hui, afin de satisfaire les curieux et les intéressés, l’EcoGuide IT franchit un nouveau cap et publie le détail de sa démarche de sélection d’un produit responsable.

« Quels critères ? Pourquoi ? Où trouver les informations ? » sont les maîtres mots de ce livre blanc. Ils donnent ainsi l’opportunité aux consommateurs d’être acteur du process et de faire varier celui-ci en fonction de ses enjeux.

Choisir un constructeur responsable

Qui ignore encore l’effondrement du Rana Plaza ? En 2013, plus de 1100 travailleurs bengalis ont péri dans ce gigantesque atelier où ils confectionnaient des vêtements pour des marques mondialement connues. Un scandale que les entreprises pourront anticiper à l’avenir, via l’adoption du devoir de vigilance. Celui-ci les obligeant à mettre en place des programmes de prévention des manquements éthiques et/ou environnementaux de leurs sous-traitants. En effet, bien que la politique de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) informe des actions des entreprises en matière de Développement Durable, leurs parties prenantes ne sont pas toujours inclues dans leur périmètre d’action respectif. Via des labels, leur site corporate ainsi que leur rapport dédié, les entreprises peuvent donc mettre en avant leurs engagements, et parmi eux, ceux en œuvre pour limiter les impacts sociaux et environnementaux de leur activité et de celle de leurs sous-traitants. La clé réside alors dans la capacité à les reconnaître et les distinguer des produits purement marketing.

Des impacts environnementaux bien réels encore méconnus

Si la responsabilité des constructeurs IT envers leur chaîne de production est de plus en plus médiatisée, les impacts environnementaux restent encore majoritairement méconnus. La phase de fabrication d’un équipement IT par exemple est la phase de son cycle de vie la plus impactante, pour un iPad Pro d’Apple ou la tablette MateBook de Huawei, elle représente respectivement 88% et 93% de leur impact eq.CO2 !

Ce type d’informations est accessible publiquement, tout comme d’autres relatives aux composants de l’équipement, à son pourcentage de matières recyclées, ou encore la composition du packaging, entre autres, mais encore faut-il savoir où les trouver !

Des impacts sociaux limités pour un respect des parties prenantes

L’impact social d’un fabricant engendré sur la chaîne de production chez ses sous-traitants, ne se limite pas à cette phase. Un label comme Blue Angel permet, par exemple, de garantir qu’une imprimante en fonctionnement limite ses émissions de substances nocives pour la santé. De même, la considération du DAS, Débit d’Absorption Spécifique, d’un smartphone est un principe de précaution quant aux effets long terme des ondes sur l’utilisateur.

Pour tout un chacun, les impacts sociaux sont la possibilité de s’assurer que le produit respecte l’Homme, utilisateur compris !

Une vision de long terme grâce au Coût total de possession

Le remplacement d’un smartphone est bien souvent occasionné par un défaut de batterie ou un écran cassé, surtout (et principalement) parce que ces pièces ne sont pas amovibles ! Dès l’achat, instaurer des critères de réparabilité à votre sélection permet d’aller au-devant de frais supplémentaires. Dans le cas de la batterie, pour un Galaxy J7 de Samsung par exemple, le choix est simple, une batterie neuve est à environ 30€ pour un smartphone qui en vaut 250 !

 

Que vous soyez Directeurs de Services Informatiques (DSI), Acheteurs, Directeurs exécutifs Responsables RSE ou encore particulier, le livre blanc « Comment acheter sont high-tech durable » s’adresse au prescripteur ou décisionnaire de l’achat IT interrogateur ou engagé, écolo ou économe que la démarche d’achat durable interpelle.

Acheter un équipement high-tech en tenant compte de critères de durabilité est un bon réflexe. Cependant, si cela consiste à changer de smartphone ou d’ordinateur chaque année, cela s’avère loin d’être suffisant ! La réduction de l’impact tient dans les décisions prises pour acquérir un nouvel équipement…mais également dans les bonnes pratiques d’utilisation permettant de lui assurer une bonne longévité !

 

Curieux de lire le livre blanc EcoGuide IT « Comment acheter son high-tech durable ? » ? Celui-ci est disponible gratuitement, sélectionnez-la ou les parties qui vous accompagneront dans vos prochains achats IT responsables !

Partie 1 : Comment choisir un constructeur de façon responsable ?

Partie 2 : Comment choisir un équipement IT à moindre impact environnemental ?

Partie 3 : Comment choisir un équipement IT à moindre impact social ?

Partie 4 : Comment raisonner en coût total de possession ?

Bonne lecture !